Maigrir du ventre : 10 conseils au bonheur des femmes

0
469
Il paraît que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus : en tout cas, certains aliments conviennent particulièrement au vénusiennes pour ce qui est de retrouver son ventre plat, alors qu’ils seront absolument sans effet chez les martiens. Explications !
Les hommes ont plus de chance de maigrir du ventre que les femmes !
Maigrir du ventre, hommes et femmes inégaux ?

Ne pas nier l’évidence

Les hommes sont conçus pour avoir un ventre plat, tandis que les femmes sont plutôt censées pouvoir l’arrondir pendant 9 mois (et ce, plusieurs fois), si vous voyez de quoi on parle. En d’autres termes, il est plus facile pour un homme de perdre du ventre et d’arborer des abdos d’acier que pour leur campagne. La nature est ainsi faite qu’elle facilite en outre les réserves graisseuses.
Tout ça pour dire que génétiquement, le corps des femmes renferme plus de graisse que celui des hommes, c’est comme ça. Inutile donc de chercher à obtenir un ventre idéal, plus plat que plat, qui n’est d’ailleurs pas féminin du tout… Côté assiette, cela signifie qu’il est inutile de s’acharner à traquer la goutte d’huile, de rage de n’avoir pas le ventre de vos rêves. C’est gé-né-tique.

Sortez !

Ne restez pas confinée chez vous sous prétexte que vous ne pourrez pas manger « ventre plat » et que vous craignez qu’en une seule soirée, tout le bénéfice de vos efforts parte en fumée. Ca ne marche pas comme ça ! D’abord rien ne va partir en fumée (d’autant que vous avez arrêté la cigarette, depuis que vous savez que c’est un ennemi du ventre plat), et en plus il faut s’habituer à manger « dehors » sans risque. Vous n’allez pas rester cloîtrée toute votre vie, si ?
Donc apprenez à repérer les pièges, souvent grossiers, tendus au détour des invitations et des déjeuners de travail.

Arrêtez l’obsession

Si toute votre vie tourne autour de l’alimentation, que vous ne pouvez pas faire 10 mètres sans penser à manger, que vous planquez de quoi survivre un peu partout dans la maison, et que par ailleurs vous comptez scrupuleusement vos calories, que vous vous interdisez tel aliment (pour mieux pouvoir vous lâcher sur tel autre), que la simple vue des autres en train de manger vous révulse (ou vous excite), il y a un problème.
Il faut tout mettre en oeuvre pour rétablir un rapport normal, sain avec la nourriture, sinon vous n’arriverez à rien. Cela passe impérativement par comprendre pourquoi vous avez besoin de manger en permanence – ou d’y penser. Se jeter sur les coupe-faim n’a aucun sens. Faites-vous aider par un professionnel au besoin (psychologue, nutritionniste…)

Ne vous brusquez pas si vous venez d’avoir un bébé

La plus mauvaise idée est de vouloir retrouver son ventre « d’avant » en deux jours et demi après l’accouchement. C’est tout simplement impossible, le corps à besoin de temps pour défaire ce qu’il a fait, laissez-le lui, sinon bonjour les conséquences néfastes. Et côté assiette, surtout ne vous « privez pas », particulièrement si vous allaitez.
De toute façon c’est inutile ; certaines de vos hormones s’opposent farouchement à toute perte de poids pendant quelque temps. Vos abdos sont peut-être désolants, mais il faut patienter un peu.
Reposez-vous : en position allongée, une hormone qui « fait gonfler » reste en veilleuse. Donc, qui dort dégonfle.

Changez votre fusil d’épaule si vous avez plus de 40 ans

Ça arrive à tout le monde, il n’y a pas de quoi dramatiser. En revanche, ne faites pas l’erreur de croire que votre organisme obéit aux mêmes lois qu’à l’âge de 20 ans. Au fil du temps, le corps est moins musclé (donc plus gras), on a tendance à accumuler de la graisse autour du ventre, et en tout cas dans le haut du corps (alors qu’avant, c’était peut-être plutôt autour des fesses et des cuisses). Encore et toujours pour des raisons hormonales.
En outre, si vous avez cumulé, additionné, multiplié les régimes, vous en constatez peut-être le désastreux résultat aujourd’hui : plus rien ne « marche ». Ne vous interdisez plus jamais les protéines, de grâce ! Terminé les régimes soupe ou salade. Promis ?
Vous avez passé l’âge de faire n’importe quoi avec votre corps : maintenant, il ne vous pardonnera plus rien.

Optez pour des compléments alimentaires adaptés

  • L’acide linoléique conjugué (ALC ou CLA selon les produits) active la combustion des cellules graisseuses tout en augmentant la masse musculaire.
  • La caféine diminue la taille des cellules graisseuses et accroît les dépenses caloriques du corps au repos.
  • Le calcium relance la combustion des graisses.
  • Le magnésium est un « basique antikilos ».
  • Le mélange calcium + magnésium + vitamine B6 + huile de bourrache (ou d’onagre) fait merveille en cas de fringales liées aux règles.
  • Les isoflavones de soja, réservées aux femmes ménopausée, aident à retrouver la ligne tout en traitant en douceur et naturellement les symptômes de la ménopause (attention : le traitement hormonal « classique » peut au contraire faire grossir !).

Abonnez-vous à l’eau minérale

L’eau minérale riche en calcium et en magnésium est une aubaine pour vous. Nous avons expliqué grossièrement au point précédent les avantages de ces deux minéraux, à vous de les avaler par goulées, au fil de la journée. Et tout ça pour zéro calories : plutôt que de boire « bêtement », profitez de votre eau pour préparer votre thé, vos soupes, vos tisanes…

Mangez le moins possible de sucres rapides

Appuyez à fond sur la pédale de frein en ce qui concerne le sucre. Les bonbons, douceurs, confitures, chocolat et autres desserts font grossir, surtout les femmes stressées, celles qui souffrent de syndrome prémenstruel, de dépression hivernale ou qui arrêtent de fumer.
Le rapport entre tous ces critères, c’est une histoire de taux de sérotonine perturbé, autrement dit « méfiez-vous ! ».

Faites dépister une éventuelle carence en fer

Il est formellement déconseillé de prendre du fer si l’on n’en a pas besoin, donc n’achetez jamais de complément alimentaire qui en contient, même un peu, même (surtout) dans une formule généraliste. Mais peut-être faites-vous partie des femmes qui manquent de fer. Une seule façon de le savoir : une prise de sang pour un bilan ad hoc. Si vous êtes pâle, facilement essoufflée et fatiguée, que vous mangez peu de viande, peut-être est-ce le problème. Consultez svp.
Car sachez que le manque de fer fatigue, et qu’on peut avoir tendance à manger pour compenser (le corps essaie de trouver ce qu’il cherche, mais il cherche mal : le fer ne se trouve PAS dans les paquets de bonbons et les tablettes de chocolat !). Mangez du boudin noir, c’est plus sûr que les épinards…

Faites ami-ami avec la nourriture

Problème typiquement féminin : le régime. Une Française sur deux y est, autrement dit, une femme sur deux a déclaré la guerre aux aliments. Ce qui est ridicule, quand on y pense. Ce n’est que grâce à eux que l’on reste en vie, essayez de vous en souvenir ! Donc, dans de nombreux cas, retrouver une jolie silhouette passe par manger mieux, voire plus, mais rarement moins. Tous les nutritionnistes vous le diront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here